Le Compte Nickel est une néobanque française créée en 2012 ayant un objectif stratégique majeur : simplifier au maximum l’ouverture d’un compte bancaire tout en popularisant l’idée que payer ou être payé ne nécessite pas l’intervention d’une banque et in fine d’un conseiller.

En effet, pour répondre à ces objectifs, le Compte Nickel permet à ses clients de souscrire un compte bancaire directement chez son buraliste, à condition d’être muni d’une carte d’identité, qui est en charge de vous fournir un RIB ainsi qu’une carte de paiement pour un montant de 20€ par an. Ce fonctionnement s’inscrit totalement dans la logique omnicanale du commerce connecté en optimisant au maximum l’expérience client et en désacralisant la suprématie du secteur, en démocratisant ses codes.

La société comptant 540 000 clients en mars 2017 (dont 30 000 ouvertures de compte ce mois-ci) commence cependant tout juste à être rentable pour le mois de février.

Pour Hugues Le Bret, fondateur de la société, à travers une interview réalisée par AGEFI, contrairement à ce qui était attendu au vu de l’accessibilité de l’offre (pas de conditions de revenu), la part des cadres, employés et de fonctionnaires (43%) qui ont souscrit à l’offre du Compte Nickel reste supérieure à la part des demandeurs d’emploi (32%).

Puis lorsqu’il est question de l’entrée sur le marché de nouvelles néobanques comme Carrefour banque ou Orange bank, le fondateur du Compte Nickel s’en réjouit presque en louant la prise de parts de marché des néobanques sur les marchés déjà existants des banques. Il mise sur des parts de marché des banques en ligne proche des 10 à 15% sur les comptes à vue à l’horizon 2022 voire 2027 pour un taux restant aujourd’hui très faible de 4%.

Cela montre l’ambition de ces néobanques venant grappiller les parts de marchés de la banque  traditionnelle dans ce secteur devenu très concurrentiel.

Cependant, le Compte Nickel qui intrigue de plus en plus vient d’être racheté par BNP Paribas, signe d’une grande méfiance des gros groupes financiers mais également de prospérité des banques en ligne surfant sur la révolution numérique en cours.

 

Clotilde De La Faisanderie

Please rate this